Home

News

Mozart l’oeuvre pour orgue

Pas de commentaire Revue de presse

Moins nombreux qu’en 1991, l’autre Année Mozart, les disques consacrés en 2006 à son œuvre d’orgue se révèlent d’une singulière qualité, la palme revenant à cet album d’autant plus passionnant qu’il en propose les grandes pages dans leur version à quatre mains. Sur l’Aubertin de Paris idéalement capté, grave et chatoyant, d’une présence et d’une clarté de chaque instant, Olivier Vernet commence sur la trop rare Intrada et Fugue K.399 : à la splendeur des timbres ne cesseront de répondre vivacité et plénitude du jeu. Adagio für Glasharmonica , inventives et exigeantes Fugues en mi bémol et sol mineur, Choral Ach gott, vom Himmel sieh’ darein , diabolique Eine kleine Gigue , deux Versets miniatures : le programme solo est splendide. Tout le reste, avec Cédric Meckler, est à trois ou quatre mains. Même respiration, même toucher, même articulation, impossible de dire qui fait quoi tant l’osmose est parfaite, la virtuosité et la synchronisation sidérantes. L’intérêt premier est de pouvoir restituer à la basse une aisance comparable à celle des autres voix, ce qui est presque impossible aux pieds même les plus ailés (pour preuve le Trio K.443 et sa basse intrépide et haletante), tout en disposant au manuel de trois vastes plans sonores. À l’ Andante et Variations K.501, d’une pétillante ductilité (le climat de l’avant-dernière variation, tragique et suspendu, n’en est que plus troublant) fait suite une seconde Fugue en sol mineur (K.401) digne d’un parallèle avec L’Art de la Fugue de Bach – et de nouveau une basse d’une mobilité inaccessible au pédalier. Les pièces majeures confirment l’éclatante réussite de ce Mozart. Si l’ Andante K.616, pur chef-d’œuvre d’ombre et de lumière, est prodigieux de délicatesse de timbres et d’affects, les deux Fantaisies en fa mineur sont des sommets de grandeur épique et poétique : la K.608 est la plus vertigineuse et la plus enivrante que l’on puisse rêver – la fulgurante strette finale laisse sans voix.

Michel Roubinet, Le Monde de la Musique (octobre 2006)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: